L'Actualité stendhalienne sur le blog Stendhal

Visitez la Librairie Stendhal

Stendhal

Bibliographie

Edition

Associations

Grenoble

Articles

Courrier Stendhal

Sites internet

Contact

 

2003

Oeuvres de Stendhal

  • STENDHAL. La Chartreuse de Parme. Édition présentée, établie et annotée par Mariella Di Maio. Professeur à l'Université de Rome III. Gallimard. Folio classique. 2003. 753 p.
  • STENDHAL. Histoire de la Peinture en Italie.La Rennaissance du Livre. Collection : Références .Relié - 224 pages - 24,5 X 31. 250 reproductions d'oeuvres d'art. 69.50 Euros TTC. ISBN : 2-8046-0815-8 Tournai. Belgique.Octobre 2003
  • STENDHAL. Faites l'amour avec Stendhal.Textes choisis et présentés par Pierre-Louis REY.Éditions 10/18.Paris. 2003
  • STENDHAL. Journal de voyage. De Bordeaux au Pont du Gard. Éditions Pimientos. 64122 Urrugne. Mai 2003. Édition illustrée établie par Christelle Fucili . 251 p. 20 euros


Bibliographie

  • Bibliographie Stendhaliene Générale.Tome V (1981-1995) «Bibliothèque du Voyage en Italie - Bibliographies» n.30 ISBN 88-7760-030-6 CIRVI. Moncalieri. Octobre 2003. 460 p.


Ouvrages

  • Collectif. Dictionnaire de Stendhal.Sous la direction de Yves Ansel, Philippe Berthier et Michael Nerlich. Collection: DICTIONNAIRES ET RÉFÉRENCES. N° 9, 1 vol., 784 p., relié, ISBN 2-7453-0806-8. 115 euros ttc champion@honorechampion.com - www.honorechampion.com Paris.2003
  • Collectif. Stendhal, l'Italie, le voyage. Mélanges offerts à V Del Litto.
    Textes rassemblés par Emanuele Kanceff. «Studi». ISBN 88-7760-064-0 Bibliothèque du Voyage en Italie N°64 Février 2003. 627 p. CIRVI. Italie
  • Michel CROUZET.Stendhal. La Politique - L'Eros - L'Esthétique.Recueil d'études de Michel Crouzet, publiées entre 1965 et 1995. EUREDIT 523 p.

Au sommaire:
Misanthropie et vertu. S. et le problème républicain - S. et le politique- D' Helvétius à S.: les métamorphoses de l'utile - S. et les petits journaux - Métilde, muse stendhalienne - Sur les rapports de l'érotique et de la poétique chez S.- Le "Contre Stendhal" de Proust ou cristallisation stendhalienne et cristallisation proustienne - La retraite de Russie comme expérience romantique - Stendhal et les signes - Stendhal et l'énergie : du Moi à la Poétique - Stendhal shakespearien - Julien Sorel et le sublime: étude de la poétique d'un personnage - Roman et musicalité: à propos du Rouge et le Noir - S. et le récit tragique.

  • Brigitte DIAZ. Stendhal en sa correspondance ou " L’Histoire d’un esprit " Collection ROMANTISME ET MODERNITÉS, dirigée par Alain Montandon. N° 58, 1 vol., relié, 464 p., ISBN 2-7453-0692-8. CHF 105 ht / 75 € ttc champion@honorechampion.com - www.honorechampion.com Paris.2003
  • Francesco SPANDRI. L'"art de komiker" Comédie, théâtralité et jeu chez Stendhal. Collection ROMANTISME ET MODERNITÉS, dirigée par Alain Montandon N° 68, 1 vol., relié, 262 p., ISBN 2-7453-0819-X.champion@honorechampion.com - www.honorechampion.com Paris.2003
  • François MICHEL, Cher Monsieur.... Correspondance stendhalienne avec Bruno Pìncherle, Biblioteca Comunale di Milano, Milan, Scheiwiller, 2003 " Coll.Biblioteca Stendhaliana".


Revues, Actes de colloques.

  • Voyager en France au temps du romantisme.Textes réunis et présentés par Alain Guyot et Chantal Massol. Bibliothèque stendhalienne et romantique. 399p. Grenoble. ELLUG 2003.

 

  • Actes du Colloque Stendhal et l'État, textes réunis par madame Béatrice DIDIER. Cahiers du Stendhal Club. CIRVI.

 

Sommaire:
Xavier Bourdenet : " Les laideurs de la civilisation " ; Francesco Spandri : Paysages de l’odieux ; Marilia Marchetti : Paysages du Sud ; Jean-Jacques Hamm : La chasse dans l’univers stendhalien ; Serge Serodes : Le lac de Côme ou l’autre naissance du sublime ; Catherine Mariette-Clot : Paysages silencieux et sublimes : l’obstacle de la description chez Stendhal ; Philippe Jousset : La Belle et la Vilaine : la prose aux prises avec l’inopiné ; Georges Kliebenstein : Dysminésis stendhalienne ; François Vanoosthuyse : Stendhal et le classicisme. Le cas d’Armance ; Anne Hage : Crime et châtiment dans Le Rouge et le Noir ; Shigeru Shimokawa : Stendhal et son penchant aristocratique: la nostalgie d'un monde révolu ; Béatrice Didier : Stendhal subtil interprète de La Fontaine ; Yves Ansel : Météorologie romanesque.

Notes et documents ; Chronique ; Thèses ; Carnet critique.

  • HB N° 5 N° spécial. Napoléon, Stendhal et les Romantiques. L'Armée - la Guerre - la Gloire Revue Internationale d'études stendhaliennes.Eurédit, BP 112- 40281 Saint-Pierre-du-Mont Cédex (France).Tel. (33) (0)5 58 71 09 01.Télécopie.(33) (0)5 71 15 81. Courriel. euredit@wanadoo.fr Prix au n°: France, 38 euros (+4,50 euros de port) - Etranger, 38 euros (+4,50 euros de port).Daté 2001. 178 p.38 euros

    Sommaire

    Présentation

    « Vive Waterloo ! » De quelques enjeux de la gloire au regard de l'histoire et de la littérature par Michel Arrous 5

    Stendhal, Napoléon, la colonne Trajane et la colonne Vendôme par Marthe Peyroux 13

    Les Personnages militaires dans l'oeuvre de Prosper Mérimée par Clarisse Réquéna 31

    L'Odieux de la paix, l'apologie de la guerre et la nostalgie de la gloire selon Stendhal par Nicolas Boussard 49

    « Le Saint-Bernard, n'est-ce que ça ? »: l'épisode du Saint-Bernard dans la Vie de Henry Brulard par Xavier Bourdenet 67

    Napoléon et Stendhal, gloire militaire et gloire littéraire par Michel Crouzet 87

    Le Général et le comédien : Napoléon et Talma dans le regard de Stendhal et de Nerval par Pierrette Pavet-Jörg 127

    L'historiographie militaire de la bataille de Waterloo et son influence sur Stendhal et Hugo par Jacques Garnier 141

    Varia

    Érotique et singularité dans la fiction stendhalienne par Serge Sérodes 153


Rééditions 

  • François MICHEL, Fichier stendhalien. Réédition de l'édition de Boston, 1964, Présenté par Jean Fabre, Victor del Litto et James F. Marshall. 3 vol., 2150 p., reliés pleine toile éditeur, ISBN 2-05-101921-5, CHF 800 ht / 585 € ttc slatkine@slatkine.com Genève.


Thèses

  • 15 mars 2003. Annika MÖRTE ALLING. Le Désir selon l'autre.Étude du Rouge et le Noir et de la Chartreuse de Parme à la lumière du "désir triangulaire" de René Girard (directeur Bjôrn Larrson), Université de Lund.
  • 2 avril 2003. Edwige THOMAS. L'Écriture stendhalienne et les défis du JE. Étude des écrits à la première personne. Université Paris XII-Val de Marne. Sous la direction de M. le Professeur Francis Claudon. Jury: M. le Professeur Michel Erman. Mme le Professeur Gabrielle Pascal-Smith. M. le Professeur Robert Smadja.
  • 3 juillet 2003. Françoise LENOIR, "Stéréotypes et archétypes de l'altérité dans l'oeuvre romanesque de Stendhal", thèse doctorale dirigée par M. Angeles CAAMAÑO et soutenue à l'Université de Barcelone devant un jury présidé par le Dr. Alain VERJAT.


Etats-Unis

 


Italie

  • Annalisa BOTTACIN. L’amicizia di Stendhal con i marchesi Potenziani e i principi di Torella. Con documenti inediti, La Rivista Storica del Lazio (n. 18, Rome, Gangemi, 2003, pp. 139-171.www@gangemieditore.it
  • Annalisa BOTTACIN. Passeggiando per Venezia con Stendhal in Stendhal, l’Italie, Le Voyage. Mélanges offerts a V. DEL LITTO. Textes rassemblés par E. KANCEFF. Moncalieri, CIRVI, 2003, pp. 73-93.
  • Annalisa BOTTACIN. Ombre veneziane in "Fransesca Polo" di Stendhal. Lingua, cultura e testo. Miscellanea di studi francesi in onore di Sergio Cigada. A cura di Enrica Galazzi e Giuseppe Bernardelli. Volume II- Tomo 1. V & P universita. Milano. 2003.
  • Viaggiatori stranieri a Pisa dal '500 al '900. Traductions de M. Ballo, C. Carmassi, M. Curreli, A. Magliocchi. Pisa, Nistri-Lischi, 2003, p. 588, euro 45


Japon

 

STENDHAL KENKYUKAI (JAPON)

 

Le 29 mars 2003 à Kyoto

  • Mlle Ami KOBAYASHI : La magie picturale et l'esthétique de l'absence dans "La Chartreuse de Parme"
  • Mme Mimana TSUNOZU : Essai sur l'incipit dans les romans de Stendhal

 

Le 30 mai 2003 à Tokyo

  • Mme Kazuko IWAMOTO : Sur les lettres à/de Pauline

 

Le 30 mai 2003 à Tokyo (Congrès de la Société Japonaise de Langue et de Littérature Françaises)

  • Mlle Keiko SUGIMOTO : En haut de la cathédrale —L’évolution de l’image de la jeunesse d’un épisode de l’Histoire de la peinture en Italie au Rouge et le Noir

Résumé:

En haut de la cathédrale — L’évolution de l’image de la jeunesse d’un épisode de l’Histoire de la peinture en Italie au Rouge et le Noir
L’Histoire de la peinture en Italie (1817), œuvre d’un polémiste qui proposa, en plein essor du néo-classicisme, l’ouvrage de Michel-Ange comme type d’une beauté passionnée et terrible, doit être lue non seulement dans le cadre du débat artistique mais aussi par rapport aux œuvres romanesques ultérieures. En partant d’un épisode relevé dans une note du Livre septième de l’Histoire de la peinture en Italie, nous suivons le fil chronologique pour voir sa variation dans la scène du séminaire à Besançon, dans le Livre premier du Rouge et le Noir (1830).
Il s’agit d’un brave ouvrier de Rome qui n’hésite pas à risquer sa vie pour aller illuminer une croix de treize pieds, le soir du jour de saint Pierre, installée au sommet de la coupole de la basilique Saint-Pierre. Sur une échelle moins spectaculaire, le séminariste Julien Sorel s’offre, au jour de la Fête-Dieu, à monter l’échelle en courant et à poser au centre du baldaquin cinq bouquets de plumes. Tous deux font preuve de cette «énergie» tant louée par Stendhal, qu’il trouve «réfugiée» aujourd’hui dans les classes les plus démunies, à Rome comme en France. Le personnage de Julien semble à cet effet marquer l’entrée en scène d’un certain type social sur le sol français, celui de «plébéien révolté».
Mais si ce même Julien Sorel se voit attribuer l’«agilité» du mouvement, c’est qu’il incarne à la fois un type social émergeant et un nouveau modèle esthétique ; Stendhal comptait dès 1817 «l’air agile de la jeunesse» parmi les éléments constitutifs de ce qu’il appelle «le beau idéal moderne», marqué en principe par la grâce et opposé au «beau antique». Or, ce type du beau ne s’exprimerait, selon l’auteur de l’Histoire de la peinture en Italie, que par l’intermédiaire des «passions», et c’est à ce titre que, avec ces deux qualités réunies, le héros du Rouge doit représenter une révolution esthétique à venir—l’arrivée éventuelle du romanticisme—, comme le ferait un Michel-Ange du XIXe siècle au détriment des modèles archaïques en vigueur. C’est un roman doublement provocant.


Keiko Sugimoto
Maître assistante
à l’Université Meijigakuin

le 26 décembre 2003 à Kyoto (JAPON) :

  • M. Tsutomu IDE : Stendhal et l'Espagne
  • Mme Akemi YAMAMOTO : La Renaissance dans le cloître ˜ Manuscrits italiens et créations stendhaliennes ˜


Comment Stendhal saisit-il le Moyen âge, la Renaissance et la Réforme ?

Dans l'Histoire de la Peinture en Italie, il fait remarquer que l'éducation par " la théologie scolastique " contribue à l'apparition des grands hommes au XVIe siècle. Le ms. 179 nous raconte l'état du couvent comme retraite décente du XIe au XVIe siècle, et un changement excessif après la Contre-Réforme qui impose auxreligieuses de se condamner dans un état de « prison perpétuelle ». C'est ce qui intéresse notre auteur.Pour suivre des pistes dans ses adaptations, nous prêtons attention surtout à son usage onomastique : il donne un même nom à l'abbaye et à l'abbesse tels que « Riparata » et nous nommons l'"assimilation métonymique ". Quand l'héroïnede Suora Scolastica voue sa virginité à Ste Scholastique et retourne à l'in pace du couvent Petito, sa conduite peut s'identifier à l' "assimilation métonymique ", car l'in pace se trouve au-dessous des « Studi »( Organizzazzione scolastica ) et elle nous invite à lier l'héroïne avec l'élève de " la théologiescolastique ". Dans le plan de Trop de Faveur tue, il a en vue un rôle perspicace du couvent du XIIe siècle qui prévient le concile de Trente. Cela correspond l'influence de la théologie scolastique exercée sur le XVIe siècle.
Nous pouvons supposer que ses adaptations visent à évoquer la Renaissance, déjà en germe dans la théologie du XIIe siècle, mais une Renaissance étouffée.

Mme YAMAMOTO


Internet


Colloques

 

 

  • Stendhal à Cosmopolis : Stendhal et ses langues

    Colloque international. Centre d’Études Stendhaliennes et Romantiques Traverses 19-21 Les 4, 5 et 6 décembre 2003
    Université Stendhal - Grande Salle des Colloques
    Maison des Sciences de l’Homme-Alpes
    Appartement natal de Stendhal

     
    Jeudi 4 Décembre
     
    - 9H -              Accueil des participants
    - 9H15-           Ouverture du colloque par Lise DUMASY (Présidente de l’Université Stendhal)
     
    COSMOPOLIS – BABEL
    Séance présidée par Karin GUNDERSEN (Université d’Oslo)
     
    - 9H30 -          Le « lombard »
    Rosa GHIGO BEZZOLA (Université de Milan)
    - 9H55 -          Les traductions de l’italien dans les Chroniques italiennes
    Pierre LAFORGUE (Université de Franche-Comté – Besançon)
    - 10H20-         L’héritage de l’espagnol
    Angels SANTA (Université de Lérida)
     
    Séance présidée par Yuichi Kasuya (Université de Kanasawa)
    - 11H15 -        Le « grec »
    Georges KLIBENSTEIN (Université de Poitiers)
    - 11H40 -        Communication secrète : langues étrangères et anciennes
    Fazia SKANDRANI (Université de Tunis)
     
     
    MODÈLES – SAVOIRS
    Séance présidée par Kajsa ANDERSSON (Université d’Örebro)
    - 14H30 -        Le mot « singulier » et sa philosophie
    Michel CROUZET (Université de Paris-IV)
    -14H55 -         Le « cratylisme » dans Armance
    Françoise GAILLARD (Université de Paris VII)
    - 15H30-         La langue de l’art
    Michel GUÉRIN (Université d’Aix-en-Provence)
     
     
    TABLE RONDE : Les manuscrits de Stendhal
    (Appartement natal de Stendhal)
    Séance présidée par Gérald RANNAUD (Université Stendhal)
     
    - 16H30-18H30 - 
    - Gérald Rannaud (Université Stendhal) :
    Vie de Henry Brulard
    - Hélène DE JACQUELOT (Université de Pise) et Sandra TERRONI (Université de Florence) :
    Idées italiennes sur la peinture
    - Jean Jacques Labia (Université de ParisX- Nanterre) :
      Le Rose et le Vert 
     
    avec la participation de Catherine MARIETTE (Université Stendhal) et Françoise LERICHE (Université Stendhal)
     
    - 20H-             Dîner du Colloque


     
     
    Vendredi 5 Décembre


     
    POLYPHONIES
    Séance présidée par Rosa GHIGO BEZZOLA (Université de Milan)
     
    - 9H30 -          L’insertion des signes propres aux arts visuels dans l’écriture stendhalienne
    Janine GALLANT( Université de Moncton)
    - 9H55 -          Langues étrangères dans l’Histoire de la Peinture en Italie
    Marie-Pierre CHABANNE (IUT Saint-Nazaire-Nantes II)
    - 10H20-         La langue de la peinture à propos des Salons
    Martine REID (Université de Versailles-Saint-Quentin-en Yvelines)
    - 11H15-         La langue de l’opéra
    Béatrice DIDIER (ENS-Ulm)
    - 11H40-         La musique, une langue sacrée
    Suzel Esquier (Paris)
     
    MODALITÉS : KALÉÏDOSCOPE
    Séance présidée par Christof WEIAND (Université de Heidelberg)
     
    - 14H30 -        La langue des italiques
    Philippe BERTHIER (Université de Paris III- Sorbonne Nouvelle)
    - 14H55 -        Marqueterie d’idiomes dans les écrits autobiographiques
    Eric BORDAS (Université de Paris III-Sorbonne Nouvelle) 
    - 15H20-         Le « luxe phrasier »
    Michel ARROUS (IUFM Créteil)
     
     
    TABLE RONDE : Écrire en Stendhal, traduire Stendhal
    (Maison des sciences de l’homme –Alpes)
     
    - 16H30 - 18H30 -
     
    - Kajsa ANDERSON (Université d’Örebro) :
    Traductions suédoises
    - Sheila BELL (Université de Kent) :
    Traductions anglaises
    - Karen GUNDERSEN (Université d’Oslo) :
    Traductions norvégiennes
    - Yuichi KASUYA (Université de Kanazawa) :
      Traductions japonaises et coréennes
    - Mariella DI MAIO (Université de Rome) :
    Traductions italiennes
    - MISHIWA (Université de TOKYO) :
    Traduction japonaise
    - Anika MÖRTE (Université d’Örebro) :
    Traductions suédoises et danoises
    - avec la participation de : Renée DÉNIER (Université Stendhal) :
    Traductions du Courrier anglais
    - Noka ZAKI HAFEZ (doctorante, Paris III) :
    Traductions égyptiennes de La Chartreuse de Parme
    - André GERNES (doctorant, Université Stendhal) :
    Traductions sud-américaines
     
    - 19H -            Apéritif à l’Institut Culturel Italien
     


    Samedi 6 Décembre
     


    FRONTIÈRES
    Séance présidée par Angels SANTA (Université de Lérida)
     
    - 9H30 -          La langue du désir selon l’autre
    Anik MÖRTE ALLING (Université d’Örebro)
    - 9H55 -          Le sous-texte idéologique dans Le Rouge et le Noir
    Christof WEIAND (Université de Heidelberg)
    - 10H20 -        La notion de « langue sacrée »
    Jean-Jacques HAMM (Université de Kingston)
    - 11H15 -        Le « non style »
    Francesco SPANDRI (Université de Rome)
    - 11H40 -        « To print or not to print »: la censure
    Yves ANSEL (Université de Nantes)
    -12H30 -         Bilan et clôture : Marie-Rose CORREDOR
     

     
       

  • COLLOQUE STENDHAL – BALZAC IV, 27 et 28 juin 2003. (TOURS)
    Vendredi matin : Salle Ockeghem, 15 place de Châteauneuf


    9.00 : Accueil des intervenants, mot d’accueil de M.Germain, maire de Tours
    Réécritures et relectures du Moyen Âge
    9.15-9.40: Pierre LAFORGUE (Université de Franche-Comté)
    Poétique et politique du Moyen Age dans Le Lys dans la vallée
    9.40-10.05: Aude DERUELLE (Université de Nice)
    En marge du projet réaliste : les écritures du passé chez Balzac10.05-10.30: Eric BORDAS (Université Paris III)
    Balzac médiéviste. Sur l’usage du moyen français dans Les Proscrits
    pause café
    10.45-11.10: Nathalie PREISS ( Université Paris IV)
    Balzac, L’Enfant maudit et le Roi maudit
    11.10-11.35 : Xavier BOURDENET (Université de Franche-Comté)
    Armance et le Moyen Âge
    11.35-12.00 : Béatrice DIDIER (ENS Paris)
    Ballet romantique et Moyen Âge (Vigano)

    Discussion suivie du déjeuner : restaurant universitaire des Tanneurs, 40 rue des Tanneurs


    Vendredi après-midi : Salle Ockeghem
    Le Moyen Âge et la Renaissance : Interprétations de Stendhal, Références de Balzac

    14.00-14.25 : Pierrette NEAUD (Paris)
    Dante selon Stendhal
    14.25-14.50 : Pierrette PAVET-JÖRG (Paris)
    Stendhal lecteur de Montaigne. Du naturel à l’énergie

    14.50-15.15 : Isabel VIOLANTE PICON (Paris I )
    Le « lecteur de roman » : Stendhal comme référent de Balzac ( le renvoi à Béatrice Cenci dans Pierrette)
    15.15-15.40: Suzel ESQUIER (Université d’Orléans)
    Stendhal et le Tasse
    15.40-16.05 : Alexandre PERAUD (Equipe Modernités. Université Michel de Montaigne-Bordeaux III)
    Les Panurge de Balzac
    Discussion suivie d’une pause
    Stendhal, Balzac et le Machiavel romantique
    16.30-16.55 : Max ANDREOLI (Grasse)
    Balzac : un Machiavel romantique
    16.55-17.20 : Sigbrit SWAHN ( Uppsala)
    La stratégie de Machiavel comme plan de roman. L’exemple des Paysans
    17.20-17.45 : Thierry OZWALD (Besançon)
    Les Promenades dans Rome : Figures du Prince
    17.45-18.10 : Nicolas BOUSSARD (Tours)
    Les philosophies parallèles de Machiavel et de StendhalDiscussion et fin de la première journée

    Samedi matin : Salle Anatole France ( Mairie de Tours )
    La question du pétrarquisme
    9.00-9.25 : Claude LABERE (Université Toulouse-Le Mirail)
    L’idéal féminisé à l’aune d’un pétrarquisme quichottisé
    9.25-9.50 : Rosa GHIGO BEZZOLA (Université de Milan)
    De L’Amour : pétrarquisme stendhalien ?
    9.50-10.15 : Alexandra PION (Université de Paris XII)
    La question du pétrarquisme chez Stendhal et Balzac
    Pause
    Lectures et réécritures de la Renaissance
    10.30-10.55 : Hélène SPENGLER (GrenobleIII)
    Enjeux et vertus de la représentation de la Renaissance, métaphore d’énergie, chez Stendhal et Balzac

    10.55-11.20 : Francesco SPANDRI (Rome)
    Gaieté “seiziémiste” et identité nationale
    11.20-11.45 : Akemi YAMAMOTO (Université de Kobé)
    Renaissance dans le cloître. Manuscrits italiens et création stendhalienne
    Samedi matin : Salle des Commissions (Mairie de Tours)
    Stendhal, Balzac, la Réforme
    9.00-9.25 : Michel ARROUS ( Versailles)
    Stendhal, Balzac et l’ « examen personnel » : le protestantisme et l’avenir de la civilisation
    9.25-9.50 : Encarnacion MEDINA (Université de Jaén, Espagne)
    Balzac et le baroque espagnol9.50-10.15 : Francis CLAUDON (Université de Paris XII)
    L’idée de Réforme, un prisme de lecture chez Stendhal et Balzac10.15-10.40 : Marthe PEYROUX (Paris)
    Stendhal lecteur d’Agrippa d’Aubigné. L’estre, le parestre et l’excellent français
    10.40-11.05 : Merete GERLACH-NIELSON (Copenhague)
    Du mariage: solution? Dissolution ? Témoignages de Calvin, Luther et Stendhal
    11.05-11.30: Katia DMITRIEVA (Moscou)
    Les décadents russes lecteurs de Swedenborg à travers la Séraphita de Balzac
    11.30-11.55 : Elisabeth SCHEELE (Paris)
    Stendhal et le Luther de Zacharias Werner
    Discussion suivie du déjeuner à la brasserie de l’univers, 8 place Jean JaurèsSamedi

    Après-midi : Salle Anatole France


    Stendhal, Balzac et les figures extraordinaires de la Renaissance
    14.00-14.25 : Andrée MANSAU (Université de Toulouse-Le Mirail)
    Stendhal et Balzac devant Philippe II : de la tentation théâtrale à la note romanesque
    14.25-14.50 : Françoise GUINOISEAU (IUFM Lyon)
    Stendhal et Gilles de Retz, « cet être extraordinaire », le premier Don Juan et François Cenci. Barbe bleue, réel et fiction
    14.50-15.15 : Mariella DI MAIO (Université de Rome III)
    Catherine et Robespierre. Machiavel expliqué par Balzac

    15.15-15.40 : Michael G.PAULSON (USA)
    Catherine de Médicis : femme diabolique ou femme politique ? (Balzac)
    Samedi après-midi : Salle des Commissions
    Stendhal, Balzac, études comparatives
    14.00-14.25 : Kajsa ANDERSON (Université d’Örebro, Suède)
    La figure du peintre Nicolas Poussin chez Stendhal et son expression romanesque chez Balzac dans Le chef- d’œuvre inconnu
    14.25-14.50 : Mariane BURY (Université de Paris IV)
    La Renaissance à l’école du désenchantement autour du Rouge et le Noir et de La Peau de chagrin
    14.50-15.15 : Michel GUERIN (Université d’Aix-Marseille)
    Le roman romantique et la conscience comparante : Stendhal et Balzac
    15.15-15.40 : Didier PHILIPPOT (Université de Paris III )
    L’Histoire de la peinture en Italie : d’une Renaissance à l’autre
    Discussion et pause
    16.00-16.25 : Michel CROUZET (Université Paris IV)
    Les républiques italiennes
    Synthèse et conclusion par Michel CROUZET
    17.00 : fin du colloque à Tours.
    Départ en car le dimanche matin pour Saché ( l’horaire et le lieu exact du départ seront précisés ultérieurement )

     


Cinéma, Radio, Télévision, Théâtre

  • A l'occasion de sa série d'articles retraçant la vie d'Henri Beyle publiés dans LA VIE pendant l'été 2003, Jean Lacouture a été l'invité de Jean-Jacques Bernard chaque jeudi à 7h53 sur France Inter.


Traductions


Inédits


Ventes

  • Librairie Les Autographes http://www.lesautographes.com (Catalogue février 2003)

Henri Beyle, dit STENDHAL (1783-1842) écrivain
L.A.S. signée du pseudonyme « Le Prést de Brosses », 13 avril [1810], à SA SOEUR, Pauline PÉRIER à Grenoble ; 2 pages et quart in-4, adresse (2 noms découpés dans le texte de la lettre).
JOLIE LETTRE SUR CHAMFORT ET SUR SES AMOURS.
Il lui envoie un exemplaire de CHAMFORT. « Puisque tu ne viens pas, envoye moi donc de l'argent pour acheter des livres. Je suis convaincu que le bavard CABANIS t'a ennuyé. As-tu été frappée des caractères des 4 temps Tache d'observer cela dans la nature. Chamfort faute d'avoir les principes d'Helvetius voit en noir. Il croit que l'hom. aime le mal pour le mal. Il avait une humeur de dartre qui lui donnait toujours de l'humeur »... Il n'ira pas en Bourgogne avant un mois, à cause du Matrimonio segreto [de CIMAROSA] et de concerts charmants. « Il ne manque à mon bonheur que de t'avoir ici ». Il conseille à sa soeur d'inviter à dîner deux personnes (les noms ont été coupés) « Si ces deux personnages étaient un peu plus sanguins ce seraient des hom. fort agréables. Or deux bouteilles de l'hermitage rendent tout le monde sanguin pour quelques heures ». Il se réjouit que sa soeur ait quitté son appartement (la lettre est adressée « Rue du Sault »). Il parle alors de SON AMOUR POUR JENNY LESCHENAULT (qu'il pensa un moment épouser) « J'ai aussi quitté ma jalousie, mais la petite Jenny fuit les tête à tête et a peur de moi. Ça ne finira jamais. C'est une passion mise en espalier pour produire le plus grand nombre de sensations possible. Si je l'avais eue, il y en aurait eu bien moins »... [C'est la seule lettre signée du pseudonyme du Président de Brosses.]
4 000,00 Euros

Vente du   27/05/2003 Beaussant-Lefèvre, Paris
Livres, Autographes, Manuscrits, Photographies des XIXe et XXe, SouvenirsLot n° 61 :  Adjugé 5 500 € (36 077 FF) 
STENDHAL - Notes autographes. 8-27 avril 1840
STENDHAL (Henri Beyle, dit). Notes autographes. 8-27 avril 1840 et s.d. Sur 3 ff. de couvertures de volumes de la collection du Panthéon littéraire. Quelques rousseurs.
Superbe ensemble de notes personnelles sur des sujets littéraires, artistiques ou intimes.
Pour apprécier la haute valeur de ces notes, citons tout d'abord ce pertinent commentaire extrait du catalogue de l'exposition de la Bibliothèque nationale, Stendhal et l'Europe (1983, p. 135) : "C'est que le livre est pour Stendhal le confident qui garde ses pensées les plus secrètes, sous la double protection de l'écriture souvent à peine lisible et du déguisement de la phrase où se mêlent les abréviations, les surnoms, les mots anglais, latins ou italiens. "Quelquefois, j'écrivais une date sur un livre que j'achetais et l'indication du sentiment qui me dominait" (Souvenirs d'égotisme, 36, 71)".
Sur le Vautrin de Balzac : "Lu Vautrin le 22 avril 1840 de 1 h à 4... Cela ne me laisse ni joie ni attendrissement dans l'âme. Le fond de cela est [que] les romans de M. de Bal... [ne] me mettent qu'au bord de l'émotion. Mais ceci est parfaitement intelligible... Parfait comme exemple de l'art de rendre les choses intelligibles, mais cet art est basé sur la cécité des enrichis... Le drame comme Vautrin ne permet pas du Métastase dans les sentimens, de changemens, même de développemens, la place est prise par les développemens de l'action, par les pourquoi, par les comment..." Stendhal et Balzac se vouaient une admiration réciproque malgré leurs différences. Balzac venait de publier sa pièce Vautrin, dans laquelle il mettait en scène un personnage de criminel déjà présent dans Le Père Goriot, Les Illusions perdues et Splendeurs et misères des courtisanes. Stendhal avait publié La Chartreuse de Parme l'année précédente, et Balzac allait écrire une critique élogieuse quoique nuancée de ce roman à l'automne 1840
Sur la musique : "La musique me parle de certaines choses de moi qui sont inintelligibles pour toutes les bouches. 8 avril 40"
" Battle of the 8th april 1840. Le danger vu de très près ne me fait presque plus rien. Explication : l'observation... c'est l'imagination chez ce monstre d'imagination. Lu La Mandragore le 8 avril 40". Il s'agit probablement de la pièce de Nicolas Machiavel.
" ... april 27 retour à CV [Civitavecchia] d'où parti le 7 avril..."
4000 / 5000 €
Lot n° 62 :  Adjugé 4 500 € (29 518 FF) 
STENDHAL - Lettre autographe
STENDHAL (Henri Beyle, dit). Lettre autographe signée du pseudonyme "J. B. Lorimier" adressée à sa sœur Pauline Périer-Lagrange. Paris, 6 décembre 1811. 3 pp. in-4, adresse au dos, petite déchirure due à l'ouverture, sans atteinte au texte et restaurée, pliure centrale restaurée avec trace d'onglet
Très belle lettre écrite à son retour d'Italie.
Stendhal venait de faire un voyage en Italie du 28 avril au 27 novembre, notamment à Milan où il avait fait la conquête d'Angela Pietragua alors qu'il venait de s'attacher les sentiments de l'actrice Angélina Bereyter. Ayant visité Bologne, Florence, Rome, Naples et Pompéi, il avait conçu en chemin le projet d'écrire une histoire de la peinture italienne, à laquelle il commença de travailler dès son retour à Paris.
" Figure-toi un homme dans un bal charmant où toutes les femmes sont mises avec grâce. Le feu du plaisir brille dans leurs yeux. On distingue les regards qu'elles laissent tomber sur leurs amants. Ce beau lieu est orné avec un goût plein de volupté et de grandeur, mille bougies y répandent une clarté céleste, une odeur suave achève de mettre hors de soi l'âme sensible qui se trouve dans ce lieu de délices. L'homme heureux est obligé de sortir de la salle de bal, il trouve un brouillard épais, une nuit pluvieuse et de la boue, il trébuche trois ou quatre fois et enfin tombe dans un trou à fumier.
Voilà l'histoire abrégée de mon retour d'Italie. Pour me consoler des platitudes phisiques [sic]et morales que j'essuyais en route, je me figurais cette bonne petite A. [Angelina Bereyter] m'attendant avec tout son amour, dans mon appartement, auprès d'un bon feu. J'arrive : "madame est partie depuis longtems". J'eus une soirée d'amoureux. Je sentais que mon désespoir n'avait pas le sens commun, mais j'étais désespéré...
J'ai trouvé ici une chose toujours divine, qui va frapper dans l'endroit le plus tendre de l'âme. C'est le jeu de Mlle Mars aux Français. Cela seul vaut mille lieues. Je les ferais avec plaisir si je savais de trouver un tel plaisir à Alger...
J'ai entrevu Mlle V. [Victorine]. Au moment où mes yeux tombèrent sur elle, j'avais l'air fat et insolent, j'étais superbe particulièrement par mon chapeau à plumes, je fouettais mon cheval avec toute la majesté possible. Elle m'a paru bien pâle, et moi à elle bien fat peut-être. Je ne l'ai pas saluée par surprise, je compte la saluer au premier beau jour de promenade aux Tuileries."
3000 / 4000 €


 

 

Causeries stendhaliennes

  • Association des Amis de Stendhal

    Causeries stendhaliennes

    au siège de l'Association des Amis de Stendhal

    Bibliothèque Historique de la Ville de Paris

    Hôtel d'Angoulême - Lamoignon

    24, rue Pavée

    75004 PARIS

Programme 2003

8 janvier à 18 h 30:

    • M. Philippe BERTHIER. "Je t'aime, moi non plus" : Stendhal et Mérimée

6 février à 18 h 30

    • Mme Martine REID. L'esthétique de Stendhal.

6 mars à 18 h 30

    • Mme Mariella DI MAIO. L'Arioste dans les marges. Sur Le Rose et le Vert

2 avril à 18 h 30

    • M. l'Abbé CHANTREAU. Stendhal et la Vendée.

14 mai à 18 h:

    • Assemblée Générale.

      M. Serge LINKÈS. Stendhal, nouveau Molière de son siècle

14 juin :
    • Sortie annuelle : ERMENONVILLE-CHAALIS-ANDILLY (Circulaire ultérieure)

M. Philippe BERTHIER. Stendhal et Rousseau.

 

1er octobre

    • M. Philippe BOUTRY Titre à confirmer

5 novembre

    • M. Georges BOULINIER "Pourquoi Julien Sorel?"

3 décembre

  • M. Jean-Jacques HAMM "Les concordances de Stendhal ou qu'avons-nous appris?"

 

 

  • Association Stendhal

    Stendhal sous le regard de...

    Les conférences ont lieu de 17 H 30 à 18 H 45

    à la Maison natale. 14 rue Jean-Jacques Rousseau.

    38000 GRENOBLE.

    Tel 04 38 37 20 83

    Jeudi 30 janvier 2003 Stendhal vu par ses contemporains par Gérard Luciani

Jeudi 13 février 2003 Assemblée générale

Jeudi 20 février 2003 Stendhal vu par Jean Prévost (1901-1944) par René Bourgeois

Jeudi 20 mars 2003 Stendhal vu par les frères Heinrich Mann (1871-1950) et Thomas Mann (1875-1955) par Gisela M. Moinet

Jeudi 17 avril 2003 Stendhal vu par Giono (1895-1970) par Michel Merland

Jeudi 15 mai 2003 Stendhal vu par Prosper Mérimée (1803-1870) par Geneviève Dumolard-Murienne

Jeudi 5 juin 2003 Stendhal vu par Tommasi di Lampedusa (1896-1957) par Gérard Luciani

Fin juin Un repas amical sera proposé à nos membres. Rendez-vous à La Table Ronde. La date exacte sera communiquée ultérieurement.

 

 

 

 


Conférences

 
  • Conférence autour de: Stendhal.Voyages en Italie


    Le mardi 21 janvier 2003 à 18h30, la Bibliothèque Municipale de Grenoble organise en collaboration avec le Centre Culturel Italien et le Musée de Grenoble une conférence donnée à l'auditorium du Musée de peinture autour du livre édité par madame Diane de Selliers: Stendhal.Voyages en Italie.

    L'éditrice parlera de "l'aventure éditoriale" que représente la préparation de ce livre, pour lequel la recherche iconographique a été très complexe. Philippe Berthier, en dialogue avec monsieur Luciani, parlera à la fois de l'aspect stendhalien et de l'aspect "pictural", en s'appuyant sur une projection en diapositives de quelques (15) tableaux.

 


Articles, essais

  • Claire BUSTARRET et Serge LINKÈS. Un nouvel instrument de travail pour l'analyse des manuscrits : la base de donnéees MUSE. Genesis 21, 2003 . Item/Cnrs p.161-1777.

  • Béatrice MONIER. Voyager : la poétique de l'arabesque dans la littérature de voyage stendhalienne en France. Voyager en France au temps du romantisme.Textes réunis et présentés par Alain Guyot et Chantal Massol. Bibliothèque stendhalienne et romantique. 399p. Grenoble. ELLUG 2003.
  • Gérald RANNAUD.Du pittoresque à l'égotisme: une poétique de l'ironie dans le récit de voyage.Voyager en France au temps du romantisme.Textes réunis et présentés par Alain Guyot et Chantal Massol. Bibliothèque stendhalienne et romantique. 399p. Grenoble. ELLUG 2003.
  • René SERVOISE. De La Chartreuse de Parme au Guépard. Revue des Deux Mondes. Juillet-Août 2003.

  • André ZAVRIEW. Un stendhalien en Inde, en 1830. Revue des Deux Mondes. Juillet-Août 2003.
  • LE FIGARO littéraire. Jeudi 10 juillet 2003. Les grandes ruptures de l'histoire littéraire 2 Stendhal et Métilde : les affres d'une passion à sens unique par Michel DÉON.
  • L'hebdomadaire LA VIE a organisé du 3 juillet au 27 août 2003 un concours comprenant 4 questions sur Stendhal et consacré sa série d'été pendant 6 semaines à des articles de Jean LACOUTURE retraçant la vie d'Henri Beyle. À cette occasion Jean Lacouture a été l'invité de Jean-Jacques Bernard chaque jeudi à 7h53 sur France Inter.


Expositions

  • Musée Stendhal.1, rue Hector Berlioz Grenoble. Exposition "Stendhal et Mérimée, une amitié".
  • Musée Condé de Chantilly. Livres du Cabinet de Pierre Berès. Exposition du 10 décembre 2003 au 8 mars 2004.

 


Journées européennes du patrimoine


20 ET 21 SEPTEMBRE 2003

Visite des lieux stendhaliens


Visite de l'Appartement Stendhal et du Musée Stendhal, samedi 20 et dimanche 21 septembre. Après avoir parcouru l'appartement natal de Stendhal, où il vécut enfant, aujourd'hui rénové pour devenir un lieu d'échanges et de rencontres autour de la littérature contemporaine, les visiteurs étaient conduits non loin de là au Musée Stendhal, pour une visite commentée. Cette visite était accompagnée d'une lecture de textes de Stendhal. Horaire des visites 10h, 11h, 14h, 15h, 16h. Point de départ :14, rue Jean-Jacques Rousseau (devant la porte d'accès à l'immeuble). Visite sur inscription uniquement, au 04 76 86 21 00 En raison des visites commentées, le Musée Stendhal n'était pas accessible aux visiteurs individuels durant ces deux journées. D'autre part, cette année, il ne fut pas possible de voir l'appartement du grand-père de Stendhal, fermé en vue de travaux de rénovation.

 

 

 

 

 

1997

1998

1999

2000

2001

2002

2003

2004

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2013

2014

2015

2016

2017

 

 

 

Google
 
 

 

Stendhal  | BibliographieEditionAssociationsGrenobleArticlesSites internetContactBlog Stendhal | ©Jean-Yves Reysset